C'est chez nous !

Les petits bouquets

20170413_115046

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours adoré aller à la cueillette des fleurs pour confectionner des petits bouquets. Toute toute petite déjà, je profitais de quantités de marguerites dans l’espace vert en bas de notre immeuble pour fabriquer des colliers et bracelets. J’essaie d’apprendre à Cahouète à en faire mais il n’accroche pas (surtout depuis que son petit frère a eu un toboggan pour son anniversaire, il y a des priorités voyons !).

Je trouve que s’il y a bien quelque chose qui peut égayer la déco d’une maison, ce sont les petits bouquets.  Au gré des saisons et des envies, on peut changer et apporter différentes touches de couleurs et de parfums. Ceux qui viennent de chez le fleuriste sont beaux aussi bien sûr. Mais je trouve que cela dégage une énergie particulière quand on le fait soi-même. J’aime aussi les agrémenter avec un joli vase, quelques feuilles de lierre ou des objets de décos qui s’harmonisent bien avec, comme un joli ruban par exemple. Le dernier vase que nous avons eu est celui où trônait voluptueusement la compo que mon Bio-man avait dégoté pour moi pour la St Valentin. Il est tout mimi, gris anthracite, brillant et pas très grand, ce qui permet d’y mettre des fleurs courantes avec des tiges de petite taille.

Depuis que nous habitons dans la Marne, avec ce graaaaand jardin, nous avons de quoi faire et c’est un vrai bonheur. Avec tout l’entretien que cela demande, on est bien contents de pouvoir en tirer différents profits. Cahouète a d’ailleurs déjà montré à son petit frère comment cueillir des petits bouquets de marguerites pour offrir à Maman (et se la mettre dans la poche par la même occasion).

12734014_587940238022366_6605940019750311202_n

À cette période de l’année, les fleurs qui reviennent toujours, ce sont les primevères. Elles poussent comme des petites pastilles de couleurs flamboyantes pour annoncer le retour des beaux jours. Les petites restent bien sûr dans le jardin pour égayer les bordures mais nous cueillons les grandes pour en faire des petits bouquets.

Parfois, en rentrant à la maison, à la lisière d’une forêt ou au bord d’un champ, nous trouvons aussi notre bonheur. Lundi soir, je me suis arrêtée sur une route perdue en pleine forêt pour cueillir des petites fleurs blanches à longues tiges et d’autres violettes (dont j’avoue totalement ignorer les noms !). Assorties avec quelques coucous, cela a fait un petit bouquet tout mignon pour égayer la table de la salle à manger.

Cet après-midi, la pelouse va être tondue alors j’ai fait une petite excursion avec Châtaigne ce matin pour cueillir plein de coucous. Il était trognon avec son petit panier. Il n’osait pas cueillir lui-même les fleurs alors il me disait « Peci maman! » à chaque fois que je lui en donnais (j’adore entendre les progrès qu’il fait pour parler, avec sa petite voix toute mignonne).

Petits bouquets 2

On oublie parfois que les choses les plus simples sont parfois les meilleures. Profitons de la nature autant que possible. Faisons la découvrir à nos enfants. Sortons nous gorger de soleil et d’air frais et doux. Dehors, nous avons mille merveilles à découvrir. Ramenons nos trésors dans nos maisons pour garder ce lien qui nous procure un souffle de vie.

Sur cette note poétique et profonde, je vous invite à aller cueillir des fleurs et à vous faire un petit bouquet. Sentez, respirez ce parfum.

🌸💐🌷🌻🌺

Working girl

Télétravail et imprévus

20170322_113004-3

Aujourd’hui, je dois faire un constat. Il y aura définitivement toujours des plus et des moins à chaque situation.

Gérer sa vie familiale et sa vie professionnelle est pour toute maman un parcours du combattant. Quand mon patron m’a parlé de télétravail, c’était avant tout pour me permettre une certaine souplesse en cas d’imprévus divers et variés type enfant malade, nounou malade, voiture hs etc…(ce qui arrive bien plus souvent qu’on ne le voudrait et oui mon patron est très sympa !).

J’ai tout d’abord été un peu sceptique. Et puis en y réfléchissant, mon travail est parfaitement compatible avec ce mode de fonctionnement. C’était donc l’occasion de tester s’il était possible de garder Châtaigne tout en travaillant (bah oui, si on peut alléger les frais de garde, ça vaut le coup d’essayer !)

L’idée de me libérer du bureau afin que je puisse réduire mes heures de garde chez la nounou pour Châtaigne était fort réjouissante. J’ai donc tenté l’aventure en commençant par un jour par semaine. Il fallait bien entendu que je puisse être le plus efficace possible dans mon travail tout en étant une maman au top avec mon petit chou.

Alors mon bilan après un mois de télétravail partiel, c’est que c’est un confort indéniable. Ne pas avoir à embarquer Châtaigne, à peine réveillé, entétiné et doudouté, le déposer chez la nounou et repartir pour le bureau, et faire le tout en sens inverse le soir venu en allant aussi chercher Cahouète à la garderie, ça c’est chouette. J’ai constaté aussi que je suis plus concentrée et plus efficace dans mon travail. Alors level up pour l’épanouissement personnel !

Côté gestion du bambino, il y a des jours où c’est carrément idyllique. On s’installe tranquillement le matin. Châtaigne joue et déambule. Il est autonome, de bonne humeur et a bien compris que Maman doit travailler et ne peut donc pas se promener avec lui dans la maison, construire une tour géante ou faire faire la course aux petites voitures. Maman travaille en toute sérénité pendant que Châtaigne profite de ses jouets et de la maison.

Enfin bon, il ne faut pas rêver, il y a bien sûr des jours où les imprévus s’invitent à la fête et là, ça devient sportif. Ce matin, j’ai cumulé et j’ai donc un peu couru.

Ça a commencé par le bus qui était déjà parti quand Cahouète et moi sommes sortis de la maison (nouveau chauffeur, nouvel horaire… et je précise pour ceux qui se poseraient la question et s’apprêteraient à me traiter de mère indigne que l’arrêt de bus est à 50 mètres de la maison et que si Châtaigne dort, j’embarque toujours le babyphone avec moi). Donc changement de plan, réveil de Châtaigne en fanfare pour pouvoir emmener Cahouète à l’école pour 9h.

De retour à la maison, le petit et moi passons en mode « maman-travaille-à-la-maison » et attaquons la matinée. Je travaille et ne me lève que deux ou trois fois pour Châtaigne (« maman tato », « maman télé », « maman glouglou », ça va, y a pire !) Un peu plus tard, c’est l’heure de la sieste. À l’instant précis où j’allonge Châtaigne dans son lit, voilà que le bruit d’une tronçonneuse retentit juste à côté de sa fenêtre.Quel fabuleux moment pour tailler les arbres !! Je rassure le petit qui me dit entendre une moto (vision rigolote d’un mec qui taille un arbre avec une moto) et je maudis un peu le jardinier de la voisine mais je relativise. Châtaigne a toujours été une marmotte et je sais qu’il va quand même dormir.

Je retourne à mon poste. C’est là que le téléphone fixe a commencé à sonner. Pas moins de 7 fois en 2 heures…. Je ne peux que remercier les dizaines de « partenaires » EDF qui prennent à cœur l’état de l’isolation de notre maison ou de notre consommation énergétique (note à moi-même : s’inscrire sur un site de blocage d’appels de ce type…).

Et pour me finir, mon pc redémarre pour faire une mise à jour…… Bref, je le laisse faire le temps de me faire une infusion et c’est reparti.

Bilan de la matinée, j’ai quand même réussi à bien avancer dans mon travail et ça s’est bien passé avec Châtaigne.

Bien sûr, je sais que ce genre de choses peut arriver tous les jours mais je pense avoir trouver un bon rythme. L’idéal, je pense serait 3 jours de télétravail et 2 jours au bureau. Pour moi, c’est quand même important d’être en contact avec les collègues et l’entreprise. Et puis soyons honnête, ça fait souffler un peu des enfants d’avoir sa bulle à soi au travail.

Je ne sais pas ce que les prochains mois me réservent mais je suis contente de pouvoir faire cette expérience.

💻+🏠+👶=👍

 

Grandes étapes

Et de deux !

PicsArt_03-20-10.21.21

2 ans !! Oui oui, déjà deux ans que notre Châtaigne est né, qu’il a poussé ses premiers cris et qu’il a définitivement scellé l’amour que nous lui portons.

2 ans qu’après presque 9 mois d’une grossesse en dents de scie, après quelques heures de travail remplies de contractions, en 5 minutes ce bébé est né, pressé de pouvoir s’épanouir et grandir encore.

2 ans que ce petit chou est venu bousculer nos acquis de parents d’un premier plus grand. Chaque jour, nous sommes forcés d’admettre que chaque enfant est définitivement une aventure unique.

Avec Cahouète, tout était si différent. Plus calme, plus réfléchi, il a parlé tôt, a marché tôt et nous a toujours autant épaté de sa maturité.

Avec Châtaigne, nous avons redécouvert notre rôle de parent. Il nous fallait gérer bien sûr 2 enfants et mais aussi ce tout nouveau petit garçon. Un peu (beaucoup) brutus, il aime prendre son temps. Il a marché vers 18 mois et s’est ensuite intéressé à la parole.

Aujourd’hui, il est toujours dans le contact et l’énergie débordante mais nous démontre souvent avec malice qu’il sait aussi être très doux et câlin tout en s’intéressant au vaste monde avec innocence et volonté. Très à l’écoute des autres, il se montre attentionné et touchant. Il est le premier à aller chercher un mouchoir quand son grand frère a un gros chagrin.

Son grand frère, c’est un mix entre son héro, sa source inépuisable de choses à imiter et son doudou qu’il serre tout contre lui. Châtaigne ne prend pas de gant parfois et Cahouète se laisse gentiment faire. Ils font la bagarre en douceur, font des dessins, se comprennent. Leur complicité grandissante est émouvante. Châtaigne sait bien montrer ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas.

Comme le dit souvent mon Bio-homme, c’est le sirop de la rue. Châtaigne aime être dehors, profiter du grand air et faire des promenades comme un petit explorateur. Il s’installe volontiers dans la poussette avec un ou deux jouets pour lui tenir compagnie (en ce moment, il se promène pas mal avec les Spiderman et Iron Man de son frère).

Ce petit coeur n’a pas fini de conquérir nos coeurs. Il sait bien nous faire craquer. Un sourire coquin, un regard tendre, un bisou sur la joue, ses petits bras autour de notre cou…

Bon anniversaire à ma tornade d’amour, mon soleil, ma douceur…

🎂